Avec ma mère 2

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Cumshots

Avec ma mère 2Maintenant que j’avais baisé ma mère, grâce à son ex-petit ami Jacques, je me sentais le plus heureux des mecs. Cet après midi là, nous étions tous deux, seuls à la maison. Elle était partie faire une petite sieste, pendant que moi, dans le bureau de mon père, je traficotais sur l’ordinateur, à la recherche d’histoires de cul ! J’étais tellement absorbé par mes lectures et surtout par les photos, que je ne l’entendis pas arriver et elle me surprit en pleine contemplation d’un couple entrain de baiser..Mais c’est beau tout ça, me dit-elle à l’oreille !! Je sursautais et fermais rapidement l’écran. Elle se mit à rire et sortit du bureau. Je la regardais s’éloigner en balançant ses fesses exagérément, pas de doute !! Je me précipitais à sa suite et lui touchant une épaule : Yvette, je veux te baiser. Viens vite, je bande fort !!C’est sûr ça ? Et se faisant elle me saisit la bite à pleine main, par-dessus mon boxer. Mais c’est vrai, tu bandes !! Je l’entraînais dans le salon, la fit se mettre sur le canapé, assise. Je pris un pouf et m’installais devant elle, à ses pieds. « Je t’aime, Yvette, je t’aime très fort !! »« Moi aussi mon chéri, je ferai tout ce que tu voudras pour que tu sois heureux !! »Ce n’est tombé dans l’oreille d’un sourd ce qu’elle venait de me dire, aussi je lui dis sèchement :« Bon, d’accord, alors enlève ta culotte, mets-toi nue que je vois tes nichons »Elle s’exécuta immédiatement et se rassit« Ecarte les cuisses que je vois ta chatte » Elle le fit et plus largement encore que je ne le souhaitais. Je bandais tellement fort que je sentais du sperme couler… Maintenant qu’elle était largement ouverte devant moi, je pouvais admirer tous ces attributs dont se pare une femme. Sur ma demande, de ses deux mains elle écarta les lèvres de son vagin, très largement et je pus voir son trou !! Je lui demandais de se caresser. Ce qu’elle fit de bon coeur. Elle accéléra la cadence d’elle-même et je la sentis prête à jouir, sous mon regard. Je lui ordonnais de cesser un moment, puis d’enfoncer ses doigts dans son vagin et de se masturber. Elle le fit avec deux doigts seulement, je trouvais cela insuffisant et lui dis de mettre les autres aussi. Elle m’obéit sans rien dire. Elle se masturba avec frénésie. Je lui saisis le poignet pour l’arrêter, je ne voulais pas qu’elle jouisse encore. Elle se plaignit, car elle voulait « se finir ». Lui reprenant la main, je la guidais dans sa grotte et lui demandais de l’enfoncer dedans entièrement. Elle protesta un peu, me disant qu’elle était trop étroite pour faire cela. J’insistais konak escort fermement, si bien qu’elle essaya de nouveau. Tous ses doigts étaient entrés, mais il y eut difficulté avec la paume de la main. Je me levais et vins l’aider. Je saisis son poignet et poussais très fort. Elle lâcha un petit cri mais j’eus la satisfaction de voir que sa main était entièrement rentrée. Je poussais encore et une partie du poignet suivit. Elle se faisait un « fist »de première. A ma demande elle se masturba doucement. Elle s’était tellement ouverte, qu’elle put ressortir sa main et la remettre plusieurs fois. Elle se mit à haleter en se branlant de plus en plus vite jusqu’à pousser un cri de jouissance et à retomber inerte, la main toujours dans son vagin. Je me sentais dominateur, à ce moment là !! Je l’embrassais sur la bouche en lui disant que je l’aimais et que j’étais fou d’elle. Quand elle eut repris ses esprits je lui demandais de venir me sucer ! Elle se leva, s’agenouilla à mes pieds, prit ma bite à deux mains et l’avala à moitié. Je ne pus me retenir et j’éjaculais dans sa gorge à gros flots. C’était si violent que du sperme ressortait de ses lèvres. On se releva tous les deux en même temps et la prenant dans mes bras je lui donnais un baiser d’amoureux.Je lui demandais ce qu’elle avait ressenti avec sa main en elle ?Elle m’avoua qu’au début elle avait eu très mal mais qu’après cela avait très agréable puisqu’elle avait joui.Lui prenant la figure entre mes deux mains et après lui avoir donné un petit baiser sur ses lèvres pulpeuses, je lui dis : la prochaine fois, ma petite Yvette chérie, je te prendrais par derrière. Je te défoncerai ton joli petit cul et je le ferai tellement souvent que tu vas aimer et que tu ne pourras plus t’en passer !!Elle me regarda dans les yeux, me rendit mon baiser et me dit : autrement dit, tu veux faire de moi, une véritable enculée, n’est ce pas ?Oui, ma chérie, je veux que tu arrives à aimer te faire enculer et même que cela soit toi qui me le demande !!Mon Armand chéri, ce con de Jacques m’a déjà enculée plusieurs fois. D’ailleurs il me prenait plus par le cul que par le con.Tu as aimé ?J’avais commencé à apprécier cet acte, mais il jouissait trop vite et je n’arrivais jamais à prendre mon plaisir convenablement. Sa queue était assez petite, pas comme la tienne qui est énorme !! Comme tu l’as dit : tu vas me défoncer le trou du cul !! J’espère que cela se passera bien !!Le premier godemiché.Cet après midi là nous étions seules ma mère et moi, mon frère étant allé retrouver des copains gaziemir escort à lui. Toutes les deux, sur des transats, au bord de la piscine, nous lisions des revues de mode. Soudain ma mère me dit, en me tendant une revue : tu crois que ton frère aimerait cette tenue ? Je pris la revue et pu admirer un mannequin avec des dessous affriolants : culotte blanche très échancrée, soutien gorge balcon, assorti. Tout cela était si petit qu’on aurait dit le mannequin nu.« Tu sais, je pense que cela risque de lui plaire, mais rappelle-toi que dans la maison il ne veut pas que l’on porte de culotte, qu’on doit laisser nos fesses entièrement nues, comme nous les avons en ce moment »« Oui je sais, il veut que l’on soit toujours disponibles ! Au fait, combien as-tu connu d’hommes avant lui ? »Je lui répondis que je n’en n’avais jamais connu, que Armand était le premier. Toute surprise elle m’a demandé si j’étais vierge quand il m’a possédée. Je dûs lui avouer que je n’étais plus vierge et je lui ai alors raconté mes aventures avec Lélo et ses godemichés. Je lui ai dit combien je prenais plaisir à utiliser ces choses-là. J’en avais un dans mes affaires, mais il était tout petit et tout à fait classique. Elle s’exclama qu’elle avait connaissance de ces trucs-là, mais qu’elle n’en n’avait jamais vu et donc encore bien moins essayé. Je sautais sur l’occasion pour lui demander si elle serait intéressée par la chose, auquel cas je pourrais lui montrer le mien, et pourquoi pas l’essayer….Elle hésita un moment, puis du bout des lèvres elle laissa fuser « Ben… Pourquoi pas ? Mais j’ai peur que ton père ne le découvre un jour… Tu sais il est souvent parti, et il me manquait un homme pour me tenir compagnie »Elle finit par m’avouer qu’elle avait eu un amant, qui s’appelait Jacques, et me raconta son histoire et comment, par la ruse de ce Jacques, son fils chéri l’avait possédée pour la première fois. Je lui pris la main, l’obligeant à se lever du transat et pour la première fois je lui déposais un baiser sur les lèvres. Elle eut un sursaut, me regarda dans les yeux, me sourit et me prenant par le cou me donna un baiser brûlant. Sa langue fouillait ma bouche et je ne voyais plus que la Femme, en elle. Je ne pus m’empêcher de lui caresser les seins, à travers son chemisier. Sa langue me fouillait toujours et elle plaqua son ventre contre le mien. Tout naturellement ma main descendit vers son entrejambes et d’un doigt explorateur je la pénétrais doucement. Elle était dans un état de réception extraordinaire, toute trempée… Je n’en izmir escort revenais pas !! Elle écarta bien les jambes et je me mis à la masturber avec force, avec trois doigts ce coup-là !! Elle rejeta la tête en arrière, agrippée à mes épaules et elle se mit à jouir comme une furie. Le calme revenu, je lui fis lécher mes doigts et puis l’embrassais amoureusement.La tenant par la main, nous rentrâmes à la maison jusqu’à ma chambre. Je la fis asseoir sur mon lit et lui demandais d’enlever sa blouse, tandis que j’allais à mon armoire pour prendre mon godemiché. Je revins vers elle en le lui tendant. Elle le prit d’une main hésitante, le contempla et ne sut que dire « Pourquoi cette couleur rouge ? » Je me mis à rire en lui disant que l’on n’avait guère de choix au niveau des couleurs. Je le lui repris et le promenais sur sa poitrine, agaçant la pointe de ses nichons, puis descendis vers son ventre en le frottant avec douceur. Elle écarta légèrement les cuisses et je passais mon gode sur l’intérieur de ses jambes, là où la peau est très sensible. Je vis sa poitrine se soulever plus rapidement et les yeux fermés elle respirait plus rapidement. Je cessais mes caresses et la repoussant légèrement d’une main, je la fis se coucher sur le dos. Je lui écartais largement les cuisses, lui fis relever les genoux et me jetais goulûment sur son vagin dans lequel j’enfonçais ma langue. Je la léchais comme une dingue et je sentais sa jouissance me dégouliner sur le menton. En même temps que ma langue s’activait frénétiquement je fis pénétrer mon petit godemiché. Elle poussa un feulement et leva d’avantage ses genoux vers sa poitrine. Ainsi ouverte, j’étais à mon aise pour lui masturber le clitoris avec mon gode. Elle jouissait sans arrêt, secouant la tête de droite à gauche en poussant des petits cris de plaisir. N’y tenant plus je poussais loin mon petit engin et il disparut entièrement en elle. Je me remis à la lécher et m’appuyant sur la tête de ses deux mains, elle m’enfonça d’avantage contre elle et poussa un véritable hurlement de jouissance. Elle laissa retomber ses jambes et resta inerte et respirant fort. Son vagin était refermé et je ne voyais toujours pas mon gode. Je me penchais sur elle et la couvris de baisers. On se leva enfin et une fois debout elle fléchit un peu sur ses jambes pour se retirer le godemiché. Je l’en empêchais en lui demandant de le garder encore un peu en elle. Je la fis marcher, ce qu’elle fit à petits pas. Elle s’exclama « Je le sens bouger quand je marche !! » Je la fis aller et venir dans la pièce et d’un coup elle s’arrêta net, les yeux grands ouverts, comme sa bouche d’ailleurs et elle cria « Mon Dieu, je jouis encore !!!» Son corps tremblait d’excitation et elle se jeta contre moi pour m’embrasser.Voilà comment ma mère connu son premier godemiché, ppour notre plus grand plaisir.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Genel içinde yayınlandı

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir