Cougouar au parc

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Cougouar au parcSon laconique SMS m’avait en sorte enflammé. Il signifiait à peu après que son amie rentrait ce soir. Tout menaçait d’être ruiné. Nous nous étions singulièrement rapprochés. Depuis deux jours, il me draguait sans vergogne. Il faut dire que je l’avais laissé faire. J’avais fait tomber toutes mes préventions. Notamment qu’il eût vingt ans de moins que moi et que j’eus pu être sa mère devenait à présent sans objet. Il était patent que nous avions autant envie l’un de l’autre. Je n’avais pas montré autant de répugnance pour coucher avec d’autres beaux garçons. Depuis quelques années j’étais devenue une couguar assumée.Il me donnait rendez-vous au parc où nous avions il y a dix jours fait cette rencontre fortuite. Je savais qu’il travaillait à la ville. Son boulot consistait à l’entretien de rues et de leur éclairage. Je me souvenais nettement du bruit de son pas sur le gravier alors qu’il courait après moi pour me rendre le marque-page qui avait chu de mon livre. Je n’avais vu que son sourire. Lui ayant subrepticement lu le titre sur la tranche de mon bouquin, il s’était écrié : « Vous n’avez pas peur de cet auteur subversif. Il s’agissait de Dame, roi et valet de Nabokov. Lui me ramenait à son opus le plus célèbre l****a qu’il m’avoua avoir goûté.J’étais impressionné que cette grande baraque serti dans son bleu de travail put tenir un échange sur un écrivain classique russe. En effet l’accablant d’une rafale de questions, je tins à éprouver qu’il avait lu cet ouvrage. Qu’il ne m’en offrait pas une perspective pédante, superficielle. Nombre de ces dragueurs ont une culture d’usage pour faire accroire à un rang immérité. J’aime à craqueler alors ce mince vernis. Il soutint sans difficulté mon propos. Son regard fiché en le mien et empreint d’une mince ironie. Je succombais à mesure à son charme. Consultant machinalement ma montre, je lui dis à demain peut-être par ici ?J’avais dis cela sur un ton de défi n’y croyant pas moi-même. En cela mon emploi du temps n’était pas assuré. Notamment les heures de stage du matin pouvaient excéder le midi. Il ne me déplaisait pas de tronquer le plaisir de la lecture contre le conciliabule avec un jeune homme si charmant. A cette époque je me lassais d’un principal amant dont la maladive jalousie me pesait. N’était-il pas à propos de donner à celle-ci un fond, une véritable justification ? Ce sot méritait une leçon. J’avais idée de m’amuser. Ainsi n’eus-je pas à débattre longtemps en ma conscience. Peu avant midi mes pas se dirigèrent vers le parc.Je m’assurais que l’endroit fut le même. Que je pus m’installer seule et tranquille sur un banc lequel se posait devant la surface unie d’un plan d’eau où flottaient quelques canards. Avec chance, un timide soleil d’avril avait pu se pousser au travers des nuages. Il chauffait à point l’atmosphère préservant la fraîcheur inhérente à ce mois. J’étais tout feu du reste. Ma libido s’était réveillée depuis peu. J’avais songé toute la nuit à ce garçon tandis qu’à mon flanc un mari ronflait. Je m’en étais caressée. J’en étais encore à cette irrépressible envie regardant de toutes parts s’il venait. Peut-être était-il pris ou avait-il été choqué de ma répartie d’hier?Au bout tuzla escort de vingt minutes après que mon cœur m’eût arraché un sourire, je sortis mon livre puis une pomme blonde que je croquais. Je m’étais résolue durant ce stage à commencer un régime. Croquer une seule pomme était du reste déraisonnable. Il n’était pas assuré que mes kilos de trop se fussent évanouis dans l’heure. Mon amant protestait que je voulus perdre des rondeurs dont il était si fou. Moi je ne supportais pas l’injure du temps. Il me pesait qu’à quarante-cinq ans je me résignas déjà à ce laissez-aller. Machinalement après la pomme vins-je à me contempler dans un petit miroir. J’avais indécemment forcé mon maquillage.Il me revint le ridicule de ma matinée où j’avais consenti à certains choix tactiques. Outre le maquillage outré, j’avais adopté une jupe trop courte et des bas chair au lieu de noir. Au sortir de chez moi j’avais reçu l’assentiment et les blagues grasses des éboueurs. Notamment ils avaient goûté que je leur montrasse un peu de mes cuisses à la lisière du bas tandis que je m’asseyais dans la voiture. De même un voisin libidineux du stage n’avait eu de cesse de diriger son œil sur cet endroit au cours de la matinée. Je ne dédaignais pas d’exciter de la sorte les mâles. De savoir qu’ils bandaient pour moi me troublait irrémédiablement.Pour tout mâle j’avais en vis et à vis et de l’autre côté du bassin, un petit vieux. Celui-ci affectait de lire son journal mais je percevais assez son regard sur mes cuisses. Par jeu, je croisais à mesure celles-ci plus haut. Je pus sans peine remarquer chacun de ses regards selon le jeu de jambes. Cela me ravissait et me consoler de l’absence du jeune homme. Du moins-je aurais-je réjouit, contenté un vieux vicelard. J’imaginais sa queue petite et toute fripée exaucée jusqu’à une improbable érection. Soudain je sursautais. Je reconnus la voix derrière moi de mon Adonis ne l’ayant pas vu venir. Il avait son franc sourire et ces mêmes yeux bleus.Il m’expliqua qu’il m’observait depuis cinq bonnes minutes tout empli de scrupule d’être arrivé un peu en retard et de me déranger en ma lecture. Puis il n’était pas sûre que mon invitation ne fut irréfléchie. Bref il ne voulait s’imposer. Je percevais dans ses propos une once d’impertinence. Ce coquin avait du repérer que je mettais plus de soin à montrer mes cuisses au premier quidam plutôt que de lire mon noble Nabokov. Aussi adoptais-je un peu sévère et outré. Je dis : « Voulez-vous que nous poursuivons notre conversation d’hier. » Ce qui signifiait que si c’était pour tout autre chose, le gredin pouvait passer son chemin.Je fus particulièrement revêche. Ce beau gosse ne se départit jamais d’une bonne humeur stoïque. Il marquait des points contre moi. Le tact et la générosité étaient de son côté. Je m’empêtrais au contraire dans une mauvaise humeur surjouée. J’abîmais en quelque sorte cet instant. Nous parlâmes en vain de Tchekhov, Tolstoï et Pouchkine. Ces grands auteurs russes n’étant qu’alibi. Mon petit vieux dépité avait depuis disparu. Je tirai furieusement sur une cigarette. Je balançais nerveusement au bout d’un pied un escarpin ce que le jeune homme remarqua. Il s’en alarma. Il dit tuzla escort bayan : « J’ai l’impression que ma compagnie vous déplaît. »Je sursautais de nouveau. Il n’en était rien. Je bafouillais inventant un conte qu’on m’avait ce matin contrarié. Je protestais que j’étais contente au contraire de pouvoir échanger littérature avec un esprit comme le sien. Enchaînant je lui demandais son métier. Il déballa en forme de CV son nom, prénom, métier et même statut matrimonial . Je pris ce dernier point comme une impertinence. Je ne lui demandais pas de m’annoncer qu’il avait une amie et qu’il vivait avec elle. Je sus que lui et elle étaient de bonne famille. Sachant ses diplômes, je m’étonnais de son modeste métier. Bref je vis que j’avais affaire à un oisif et original.Il s’appelait Frédéric. Nous poursuivîmes et disputèrent sur la teneur de ce chef-d’œuvre qu’est l****a. A son enthousiasme j’opposais mes réticences sur ce thème scabreux de la pédophilie. Il me servit le couplet sur la transgression dans l’art. Je me trouvais sottement dans le camp des bonnes mœurs ce qui ne manquait pas de piquant sachant mes façons avec les hommes et notamment les plus jeunes. Peut-être perçut-il un peu de ma contradiction et de l’insincérité de ma position. Aussi proclama-t-il : »J’en dois déduire que vous défendez mordicus la morale ? » Le coquin me tendait une perche. La ficelle était grosse.Lâchement préférais-je rompre là ou du moins pour aujourd’hui. Je prétextais l’heure de reprise de mon stage. Je lui dis sybillinement que je répondrais demain à sa question s’il avait l’honneur de traîner dans le coin à même heure. Son regard était intense. Il ne laissait point de doute quant à son désir pour moi. J’en rougis et sottement en vins-je à tirer sur ma courte jupe. Je haïssais ces pudeurs de vierge. Il m’imposait le contre-emploi. Il me menait pas le bout du nez. Je perçus longtemps qu’il me regardait m’éloignant parmi les arbres. Pour une fois il m’importunait qu’on détaillât à loisir mon petit cul serti dans sa jupe étroite.Le lendemain je demeurais toujours sur la défensive. Il choisit cette fois d’attaquer. Il m’avoua de go qu’il me trouvait désirable et que Nabokov n’était qu’un prétexte pour pouvoir m’approcher et mieux me connaître. Je lui sus gré de mettre les pieds dans le plat. Je lui annonçais autant que lui que j’étais acoquiné avec quelqu’un en ma vie. J’osais même ajouter que j’étais assez fidèle. Il sourit de ma mince restriction. Je crus ratt****r en lui rappelant qu’il était jeune et eût pu être mon fils. Son sourire demeura. Tout ce j’objectais à notre chance de relation ne faisait qu’augmenter son désir pour moi. Je me débattais et m’enfonçais.A court de mots, je laissais soudain le silence nous reprendre. Je regardais vers le ciel et tirais longuement sur une cigarette. Je me sentis vieille et inutile d’un coup. J’eus peur que des larmes me vinrent aux yeux. C’est à ce moment qu’il me prit la main. Il avait perçu de mon désarroi. J’abandonnais ma main dans celle de ce nouvel ami. Son ton plus doux me versait les mots que je voulais entendre. « Je mets sur le compte de ce hasard que vous soyez venu un jour dans ce parc. On ne doit pas escort tuzla gâcher ce signe. Nous en savons tous deux la valeur. » Il apposa alors un baiser humide sur ma nuque et se leva. Il me dit : à demain ! »Dès le lendemain je fus une autre femme. Plus libre et enjouée. Je le voulais séduire. Sans ambages il m’avoua être infidèle et s’ennuyer avec son amie. Elle était amoureuse. Il ne voulait la blesser. Il me dit que son attirance allait à des femmes mûres comme moi. Je protestais que tant d’artifices ne me protégeaient pas de l’injure du temps. Bref qu’il était ridicule qu’il me désirât et voulut une histoire avec moi. En même temps tout protestait et contredisait ce propos. J’étais prête à céder. Nous n’attendions qu’une occasion. Chaque matin je m’attifai pour lui. Même qu’une fois adoptais-je une culotte transparente et qu’il vit.Enfin vint le jour fatidique. C’était un vendredi. Mon stage avait fini le midi. Je le lui avais fait entendre la veille. Je ne sus s’il avait menti lorsqu’il m’annonça penaud le retour de son ami le pour le soir. Ma tristesse était flagrante. Il proposa sur le champ que nous passions l’après-midi ensemble. Je protestais en vain. Il passa devant moi un coup de fil. Son boss acceptait ce congé si impromptu. Nous avions quartier libre. Il me prit la main m’entraînant au fond du parc au prétexte que là-bas il y avait des glaces. Derrière un arbre il m’enserra et m’embrassa. Tout procédait d’une pente naturelle. Sa bouche était autant délicieuse que je rêvais.Nous dégustâmes nos glaces. Sa main courait sur ma cuisse jouant avec le liseré du bas. Il me dit qu’il avait vu le jeu avec le vieux. Intriguée je demandais : »Qu’en pensais-tu alors ? » Il me répondit : »J’ai pensé d’emblée que tu étais la femme de mes rêves. » Les statues du parc n’ont rien de comparable à toi. Tu es autrement animée et sensuelle ». Nous nous étreignîmes de nouveau. Nous n’en pouvions rester là. Il me dit que je devais le suivre chez lui. Je rétorquais que c’était déraisonnable et immorale à la fois. Son amie rentrait le soir. Tel un fou, il m’entraîna peu loin jusqu’à un immeuble dont nous gravîmes l’escalier.Nous n’avions de cesse que la porte s’ouvrit afin de nous jeter l’un sur l’autre. C’était un grand et magnifique appartement. J’eus idée qu’il avait emmené ici d’autres femmes comme moi. Je n’eus pas trop le temps de le déplorer. Bientôt accroupie avais-je entamé une folle fellation. Son sexe était lourd et puissant tel que je le rêvais. Il put s’aviser que je faisais cela avec un certain flegme, une certaine dextérité. Les ans passant j’adorais sucer quelque queue que ce soit. Je n’avais cure qu’il pensât que j’étais une salope et que son intuition avait été sure à cet égard. Il me prit une fois debout par-derrière contre le chambranle d’une porte.Il eût la délicatesse de me sauter dans la chambre d’amis préservant le lit nuptial. Le stage avait été fort harassant. Je me crus autorisé à me lâcher et à détendre mes nerfs. Sans fard je lui offris tout mon vice jetant le masque. Nous baisâmes durant trois heures laissant. Entre des moments de répit où nous plaisantions et vidions des verres de Cognac. Nous fûmes ivres à peu près. Il me bourrait le cul et je prenais avec délice ses coups de boutoir. Nous convînmes de nous revoir. Dix kilomètres étaient une distance non infranchissable. Je lui avouais que je rêvais de tromper mon amant avec lui. Il applaudit. Le rêve du parc se poursuivrait.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Genel içinde yayınlandı

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir