Bourgeoises soldées (7)

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Bourgeoises soldées (7)L’hiver était arrivé sans crier gare et il faisait un froid de gueux. J’avais hésité entre mettre une jupe ou un pantalon mais craignant la réaction de Mohamed, j’avais opté pour une robe en laine sur des bas opaques. Je portais des bottines à hauts talons. J’avais pris rendez-vous chez Mme le proviseur bien décidée à lui raconter l’ignoble chantage dont ma mère et moi nous faisions l’objet de la part de Mohamed et ses complices. Ils finiraient tous leurs jours en prison !Je croisais dans le couloir, le gardien du lycée. Un homme que je détestais l’ayant surpris plusieurs fois en train de mater les jeunes filles…Ce devait être un drôle de pervers celui-là encore ! Marié à une grosse femme, je me demandais si elle était au courant de ses vices…J’arrivais devant la porte du bureau de la directrice et je toquais…- Entrez !J’ouvre la porte. Claudine, le proviseur du lycée est une femme grande et élancée ce qui mérite d’être soulignée vu son âge. Elle vient d’avoir 60 ans et sera à la retraite dans quelques mois. Son strict chignon ne parvient pas à l’enlaidir, elle a encore des traits fins et ses jolies yeux bleus font encore effet. Elle se leva pour me serrer la main. Elle est vêtue d’un tailleur noir avec des bas noirs. Ses talons aiguilles allongent encore ses jambes. Je m’assois en face d’elle et je commence à lui raconter mon histoire…Abasourdie, effrayée par mon récit, Claudine décroche immédiatement son téléphone et appelle le commissariat. Elle a rapidement un inspecteur au bout du fil et lui explique la situation. Le capitaine de police lui enjoint de ne pas tarder et de venir sans délais porter plainte afin de procéder à une interpellation. Claudine se lève et me lance :- Allons- y !Je suis un peu inquiète car mon mari étant policier à la BAC, il risque d’être au courant ce que j’aurais voulu éviter. Mais voulant en finir avec ce cauchemar, je me lève et suis le proviseur. La porte du bureau s’ouvrit soudain nous stoppant net. Mohamed se tient devant nous un sourire ironique aux lèvres. Derrière lui, Gérard, le gardien ! Ils rentrent tous les deux et referment la porte. Outrée, Claudine leur ordonne de ressortir. Elle menace Mohamed. – Nos allons aller porter plainte, espèce de voyou ! C’est fini de terroriser votre professeur !Gérard se pencha vers Mohamed.- Tu m’avais demandé de la surveiller, lui dit-il en me désignant du menton, j’ai pensé qu’il fallait que tu saches qu’elle avait rendez-vous avec le proviseur.- Tu as bien fait Gégé lui répondit Mohamed avec un rictus mauvais aux lèvres. Il s’approcha de Claudine et l’attrapant par son chignon la repoussa violemment contre son bureau !Claudine poussa un cri et tenta de repousser Mohamed. Mais celui-ci était deux fois plus grand et deux canlı bahis fois plus fort qu’elle. Il la retourna et aidé de Gérard, ils lui ouvrirent la veste du tailleur dévoilant une poitrine pleine dans un soutien-gorge en dentelle. Claudine rue et donne des coups de pieds. – Calme-toi ! Tu veux aller porter plainte, très bien vas-y ! Tu leur parleras du bizutage de l’année dernière ça les intéressera sûrement !Un silence de plomb suivit cette déclaration…Je me souvenais de cette affaire dont peu de personnes était au courant. Bien que cela soit interdit par la loi, un bizutage clandestin avait eu lieu dans l’enceinte du lycée sous couvert d’une journée d’intégration. Le proviseur avait entendu des bruits de couloirs mais elle avait préféré fermer les yeux. Mais comme souvent lors de bizutage, cela avait dérapé. Des filles s’étaient retrouvées habillées de sacs poubelles et elles avaient dû sucer des bananes et mimer des relations sexuelles y compris entre filles. Lécher de la crème chantilly badigeonnée sur les torses des garçons ou sur leurs caleçons. On avait même parlé de tournantes…Certaines d’entres elles, traumatisées, avaient voulu porter plainte mais l’affaire avait été étouffée par Claudine… le rectorat n’en avait même pas entendu parler. Les yeux exorbités, le proviseur regarde Mohamed avec crainte maintenant, elle a compris qu’elle va devoir lui obéir si elle ne veut pas être virée de l’éducation nationale…A quelques mois de la retraite, ce serait moche…Gérard s’approcha de moi et me souleva ma robe dévoilant mes jambes. – Y parait que t’es une belle salope d’après Mohamed…Je ne répondis pas…A quoi bon ? Le concierge me masse l’entrejambe, s’attardant sur ma chatte. Mohamed a sortit son portable et, horrifiée, je l’entends appeler plusieurs personnes leurs demandant de venir dans le bureau du proviseur…Claudine protesta et tenta de fuir, rattrapée par Mohamed…- Ne bouge pas toi ! Reste ici ! Retrousse ta jupe, salope !Claudine, les yeux larmoyant, retrousse la jupe de son tailleur, découvrant le string de dentelle encadré par des jarretelles qui retiennent des bas nylons. – Un vrai attirail de pute ! Ricana-t-il.Il écarte l’étoffe et plonge deux doigts dans la fente de Claudine qui sursaute !- Enlève tes bas et ton string !Morte de honte, rougissante, Claudine obéit et se livre à ce strip-tease imposé devant ce jeune pervers. Mohamed lui attache les mains avec les bas et enfonce le string roulé en boule dans la bouche du proviseur qui gémit sourdement.Gérard observe la scène et appuyant sur mes épaules, il me force à m’accroupir devant lui. Je dus lui sortir sa queue qu’il avait longue et épaisse. Je l’embouchais et commençais à lui titiller le gland avec la langue quand la porte s’ouvrit. Rachid, bahis siteleri Brahim et Moussa entrèrent suivis de Jessica et Leila !Celles-ci s’exclamèrent en voyant Claudine livrée pieds et poings liés.- Ce n’est pas vrai ! La vieille !Elles se précipitèrent sur Claudine. Ils lui malaxèrent les seins, tirant sur ses pointes la faisant couiner derrière son bâillon. Claudine tenta de se dégager mais ils la tenaient fermement. Ils la courbèrent sur le bureau, jupe retroussée. Les claques tombèrent sur les fesses du proviseur qui gémit derrière son bâillon. Rachid et Brahim se sont joints à Gérard et je leur suce la bite à tous les trois, alternant…Mohamed prend des photos. Notamment de Claudine dont le cul rougit sous les coups de Leila et Jessica. Il la traite de salope, de pute. Jessica introduit ses doigts dans la chatte et Claudine hurle de plus belle dans son bâillon. Jessica fait coulisser ses doigts, une lueur folle dans le regard…Quant à moi, je pompe les bites qui se présentent devant moi. On me force la bouche, on appuie sur ma tête pour bien que je prenne le sexe jusqu’aux couilles, m’étouffant avec. On a dégagé mes seins de ma robe et on me les triture sans ménagement. On exigea de Claudine qu’elle se masturbe devant ses élèves ! Le regard implorant, elle découvrit sa chatte de ses doigts tremblants. Elle y plongea ses doigts en poussant un couinement désespéré. Les larmes aux yeux dues à l’humiliation, elle s’astique le bouton. Ses doigts s’agitent rapidement dans sa chatte. Elle ne tarde pas à mouiller comme une folle, on aperçoit distinctement la mouille qui salit ses doigts. Elle ondule du bassin. Elle se raidit soudain, son visage aristocratique crispé par le plaisir et faillit tomber. Elle venait de jouir devant nous !Moussa annonça qu’il voulait enculer le proviseur ! Celle ci sortit des sons indistincts mais tout le monde devina bien qu’elle n’était pas d’accord du tout. Pour la préparer, Jessica eut une idée : Claudine du faire le tour du bureau à quatre pattes plusieurs fois, le talon aiguille de son escarpin planté dans l’anus…Moussa, sa grosse bite d’ébène fièrement dressée, s’approcha de Claudine et écarta Jessica ; Elle ouvrit d’elle-même les fesses du proviseur dégageant l’ouverture des reins. Quand elle sentit le gland peser sur l’étroit orifice, Claudine grogna, s’agita mais elle était tenue fermement par Leila qui se régalait de voir le proviseur humilié. Elle allait être enculée par Moussa, traitée comme une putain !Moussa poussa et la bite s’engouffra dans les reins de Claudine qui de nouveau poussa un hurlement étouffé. Bien emmanché, il commence à bouger faisant coulisser son membre dans le cul de Claudine. Rachid et Brahim m’aspergèrent le visage les premiers de leurs foutres poisseux. bahis şirketleri Gérard m’agrippant les cheveux se servait de ma bouche comme d’un sexe faisant coulisser rapidement son membre entre mes lèvres. Il lâcha des giclés de sperme qui s’écoulèrent dans le fond de ma gorge. Moussa s’active sur Claudine, lui pilonnant le cul comme un fou. Son ventre vient claquer contre les fesses du proviseur. Il se vida en elle en poussant un cri et se retira ; s’essuyant la bite dans la jupe du tailleur de Claudine. Tirée par les cheveux, Claudine dut se relever et, débarrassée de son bâillon, elle dut sucer tour à tour la chatte de Jessica et Leila…Mohamed demanda alors qu’elle lui pompe la bite et, soumise, elle lui suça la verge, la mâchoire déformée par l’épaisseur de la bite. Mohamed éjacula aspergeant son visage distingué de sperme. Gérard demanda s’il pouvait disposer de Claudine et Mohamed grand seigneur accepta. Je dus rejoindre ma classe avant la reprise des cours.Le soir venu, Jessica et Leila vinrent me chercher. Etonnée, je me rendis compte qu’on se dirigeait vers la loge du gardien. A peine entrée, j’entends des gémissements, des grognements, des cris étouffés et des exclamations…Nous entrons dans la cuisine où se trouve Gérard et sa grosse et hideuse épouse Ginette qui me regarde avec un air lubrique. Et je découvre l’horrible spectacle :Claudine, uniquement vêtue de ses bas et de ses talons aiguilles est allongée sur la table de la cuisine. Ses poignets sont attachés aux pieds de la table. Elle est bâillonnée par une paire de collant roulée en boule enfoncée dans sa bouche. Ses jambes sont relevées à la verticale, de manière à bien dégager sa fente et ses chevilles sont ligotées grâce à une longue corde liée également aux pieds de la table. Des pinces à linges lui font rougir les tétons. Ginette est occupée à enfoncer, malgré les sauts de carpe de Claudine dans ses liens, une carotte dans son anus ! Je vois distinctement la carotte s’enfoncer dans le rectum de la pauvre femme qui pousse des gémissements plaintifs. Gérard se masturbe et attend que l’opération soit terminée.- Dépêche-toi ma chérie, j’ai hâte de la défoncer cette salope !- C’est bon, vas-y, fais la gueuler cette truie !Le gardien s’enfonça dans la fente du proviseur et commença à la limer avec brutalité pendant que sa femme jouait avec ses seins…Je ressors précipitamment abandonnant honteusement Claudine aux mains du concierge et son épouse perverse…Le lendemain matin, à la reprise des cours, certains élèves et plus encore les professeurs furent très étonnés voire choqués de croiser Madame le proviseur dans les couloirs du lycée vêtue d’une jupe en cuir ultra courte d’où émergeaient des jambes gainées de bas résilles allongées par des talons aiguilles rouges ! Ses gros seins débordaient littéralement du haut moulant qu’elle portait. Ils furent encore plus surpris quand ils se rendirent compte qu’elle suivait docilement, tête baissée, le gardien vers sa loge….

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Genel içinde yayınlandı

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir